Laboratoire junior “Frontière.s”

Axe stratégique 5 – Labos junior

Lancement du laboratoire junior Frontière.s et de sa revue en ligne en Open Access
Auteurs : Gaëlle Perrot, laboratoire HiSoMA Vincent Chollier, laboratoire HiSoMA et Fabien Bièvre-Perrin, antenne lyonnaise IRAA
Contact : frontiere-s@mom.fr
Page sur le site de la MOM
Facebook et Twitter

Depuis janvier 2019, Frontière·s est le premier laboratoire junior soutenu par la Maison de l’Orient et de la Méditerranée – Jean Pouilloux. Il est né du constat selon lequel il n’existe que très peu d’espaces dédiés à la réflexion épistémologique en Open Access dans les sciences de l’Antiquité et du Moyen Âge. Or, comme la notion de frontière divise et suscite le débat parmi les médiévistes et les antiquisant·e·s, elle donnait matière à ce projet ambitieux.

La notion controversée de frontière

La frontière est, en substance, un acte d’appropriation fondateur qui délimite l’entre-soi. Pourtant, la définition canonique est celle de limite étatique. Dans son sens original, la frontière dérive dans un premier temps de la terminologie militaire (la frontière est avant tout un « front » entre deux armées), mais la signification de ce mot se fige aux alentours du XVe siècle au fur et à mesure de la construction de l’État moderne. Cette acceptation de la frontière comme sphère d’influence (politique, géostratégique, fiscale, administrative, etc.) de l’État domine toujours l’actualité des publications et des manifestations scientifiques en archéologie, histoire et histoire de l’art qui discutent, par exemple, du caractère « naturel » ou arbitraire de la frontière, dynamique ou figé (Sahlins 1989), de sa coïncidence avec les peuples, les civilisations (Braudel 1949) et les nations (Venayre 2013), ou encore de son effacement dans le processus de mondialisation (Wihtol de Wenden 1999).
Sous l’impulsion de géographes (Foucher 2007), de sociologues (Barth 1969) et d’anthropologues (Cohen 1986), des approches parallèles ou concurrentes de la frontière ont vu le jour. Le terme est utilisé depuis pour exprimer une séparation entre des groupes culturels ou sociaux (frontière linguistique, religieuse), désignée en anglais par frontier en opposition à la frontière politique, exprimée par les termes border et boundary. On confronte en ce sens les dimensions physiques et symboliques des frontières, en étudiant notamment les phénomènes de matérialisation, de contournement, de détérioration, de contestation ou au contraire d’« épaississement ». Les frontières apparaissent ainsi dans l’historiographie actuelle tout à la fois comme linéaires et zonales, fixes et dynamiques, immuables et provisoires, floues et légitimes, monumentales et mentales.
Pour quelques spécialistes de l’Antiquité (Hurlet 2011) et du Moyen Âge (Bois 2007), la notion de frontière relève encore d’une double appréhension. Largement associée à la notion d’État, on la considère parfois comme anachronique et peu opérante pour penser les mondes anciens. C’est avant tout sur le plan sémantique que la frontière cristallise un grand nombre de critiques, puisqu’il est possible d’y associer une grande variété de termes anciens : éskhatos, hóros, térma, fines, terminus, limes, ripa, marches, fins, etc.
La polysémie de la frontière ne doit pas constituer pour nous un frein à son étude, bien au contraire. C’est là tout l’objet du projet Frontière·s : penser l’originalité et la pluralité de la notion aux époques antiques et médiévales. Il s’agira, à travers les activités de la revue et des rencontres organisées avec des chercheur·se·s, de confronter les approches et les implicites propres à chaque discipline (archéologie, histoire, histoire de l’art, anthropologie, etc.) et de proposer une synthèse semestrielle autour d’une thématique.

Structure du laboratoire

Le projet s’appuie sur une structure bipartite (fig. 1). Il est dirigé par un comité scientifique constitué de six membres : Gaëlle Perrot, doctorante à HiSoMA, porteuse du projet, Fabien Bièvre-Perrin, chercheur associé à IRAA et Vincent Chollier, chercheur associé à HiSoMA, co-porteurs du projet, ainsi que Cécile Moulin, doctorante à HiSoMA et chercheuse associée à ArAr, Mathilde Duriez, doctorante à ArAr, et Loubna Ayeb, doctorante à Archéorient. Son animation est assurée par trois pôles : la gestion, la communication et l’édition.  Le pôle gestion est en charge du budget, le pôle communication s’occupe de la médiation auprès du public par les réseaux sociaux et les supports papier (flyers, affiches). Le pôle édition organise la réalisation et la gestion quotidienne et sur le long terme de la revue Frontière·s, Revue d’Archéologie, Histoire & Histoire de l’Art. Il fait donc le pont avec l’administration de la revue.
Organigramme (.pdf)

L’enjeu de l’accès ouvert

Aujourd’hui, la question de l’Open Access est devenue un enjeu majeur de la diffusion scientifique, et dont les chercheur·se·s doivent être particulièrement conscient·e·s. Ainsi, en octobre 2017, l’Appel de Jussieu déclarait : « Cet appel a été élaboré par un collectif français représentatif des chercheurs et des professionnels de l’édition scientifique regroupés notamment au sein des segments « open access » et « édition scientifique publique » de la BSN (Bibliothèque scientifique numérique).
Il s’adresse aux communautés scientifiques et aux établissements de recherche en vue de promouvoir un accès ouvert aux publications scientifiques qui encourage la bibliodiversité et l’innovation et n’implique pas le transfert exclusif des abonnements vers les APC. »
En février 2018, Frédérique Vidal lançait un plan national pour la science ouverte. En septembre 2018, 13 agences de financement de la recherche en Europe (ERC, H2020, ANR, etc.) ont porté un grand plan en faveur de l’Open Access. Le Plan S prévoit en particulier le passage à une science totalement ouverte et la publication dans des revues en open access de la totalité des résultats de recherche financée sur fonds publics. D’ici à 2020, 100% des publications des projets financés par ces instances devront ainsi être proposées en accès libre.
Le consortium définit 17 critères stricts pour caractériser les revues en Open Access. Parmi ceux-ci, nous citerons les suivants :
● la revue doit être recensée au DOAJ (Directory of Open Access Journals)
● l’attribution de DOI aux articles (identifiant numérique unique)
● l’archivage pérenne des contenus
● la transparence de l’évaluation des articles
● la disponibilité des articles dans un format permettant le data mining (comme le XML)
● la publication des articles sous licence Creative Commons CC-BY (soit la possibilité donné à n’importe qui des articles à condition d’en citer les auteur·e·s
● métadonnées de qualité et interopérables

Dans un premier temps, nous avions envisagé l’édition de notre revue dans Épisciences, une plateforme liée à l’archive HAL. Celle-ci permet en effet de mener à bien l’ensemble du processus éditorial, et principalement d’administrer la phase de va-et-vient entre les auteurs, les éditeurs et les relecteurs. Notre principal objectif étant à terme d’être publié sous OpenEdition Journals (anciennement revues.org) qui demande 4 numéros déjà publiés. Néanmoins, Épisciences contraint les auteurs à déposer leur contribution dans l’archive ouverte HAL avant même toute évaluation, ce qui pose de nombreux problèmes d’éthique de la recherche. Cette pratique nous semble également néfaste pour attirer les contributions de jeunes chercheurs, ceux-ci pouvant être réticents à diffuser au vu et au su de tou·te·s des contenus avant qu’ils aient pu être évalués par des chercheur·ses·s confirmé·e·s.
Notre choix s’est finalement porté sur la pépinière des revues scientifiques des BU de Lyon 3, portail créé en 2016. Celui-ci a pour vocation d’accueillir les revues en Open Access en SHS et de leur fournir une infrastructure adéquate (site web, formation à l’édition, etc.). Par ailleurs, en août dernier, la pépinière a signé une convention avec OpenEdition Journals, faisant d’elle la première pépinière officielle d’OpenEdition. Cette plateforme a par voie de conséquence pour ambition de remplir les critères du plan S.

La revue Frontière·s

Frontière·s, Revue d’Archéologie, Histoire & Histoire de l’Art souhaite proposer à la communauté scientifique SHS un support de publication rapide, libre d’accès et par conséquent à diffusion large, mais sans se départir de ce qui est l’essence de la production scientifique, l’évaluation par les pair·e·s. Chaque numéro proposera d’aborder une thématique spécifique touchant à la notion de frontière.
Le but et l’originalité de la revue traduisent une volonté d’ouverture : le lecteur doit pouvoir accéder à la multiplicité des approches et des tendances épistémologiques autour d’une thématique donnée pour envisager la problématique sous différents angles d’analyse.
Frontière·s n’a pas vocation à s’adresser exclusivement à des doctorant·e·s. Au contraire, dans l’optique de susciter l’intérêt et de pérenniser le support, il nous semble impératif de limiter les contributions de doctorant·e·s à un tiers des contributions totales d’un numéro. Cette limite pourra être assouplie en fonction de la qualité des articles, mais jamais à plus de la moitié des contributions. Un numéro comptera un minimum de cinq articles.
Par ailleurs, c’est dans le but de garantir la rigueur scientifique des articles que le comité d’évaluation a été bâti : seuls des chercheurs et enseignants-chercheurs titulaires en feront partie. C’est aussi en priorité parmi ces profils que l’on pourra solliciter, au cas par cas, des experts d’un domaine particulier. Ainsi, le (ou les) rédacteur(s) en chef d’un numéro se réserve(nt) la possibilité, en accord avec le comité scientifique, de solliciter des spécialistes hors du comité d’évaluation. Les articles seront évalués et sélectionnés par le comité de rédaction (membres désignés par et au sein du comité scientifique), principalement sur des critères de respect des normes et de rigueur scientifique. Ceux-ci décideront s’ils sont transmis aux experts du comité d’évaluation ou, le cas échéant, à un autre spécialiste. Chaque appel à contribution sera accompagné d’un entretien public avec un·e spécialiste, dont la retranscription viendra enrichir le numéro. Cela permettra de diversifier les contenus de la revue, de l’ancrer dans l’actualité et dans le paysage lyonnais (voir présentation ci-après).

Trois numéros seront publiés au cours des deux années du laboratoire junior. Le premier, Dépasser la frontière paraîtra en décembre 2019.
Calendrier des trois premiers appels à contribution (.pdf)

Autres activités du laboratoire

Le projet va avant tout exister à travers la revue en ligne en open access, mais il se développera également par des manifestations publiques régulières et à travers la communication.
Une fois les articles d’un numéro réunis, ils seront transmis à un·e spécialiste de la question centrale du numéro afin d’organiser un entretien. Selon les cas, l’interdisciplinarité pourra donc être très importante. L’objectif est de préparer un long entretien public dont la transcription sera publiée dans le numéro à paraître. Ce format permettra aux participant·e·s, néophytes ou universitaires, de s’impliquer dans la recherche en SHS et éventuellement de faire entendre leur voix et leurs interrogations auprès de spécialistes. Le lieu devra permettre aux chercheur·se·s d’être présent·e·s, mais ne pas constituer une barrière avec le grand public : les bibliothèques municipales semblent un lieu pertinent.
D’autre part, nous souhaitons organiser des moments d’échanges avec le grand public lors de la Fête de la science. Il s’agira d’une ou plusieurs soirées dans un lieu non académique ou un musée afin de rendre l’événement plus festif et de rencontrer des publics nouveaux. Sans se focaliser sur la notion de frontière telle qu’elle est abordée par la revue, l’événement aura pour but de rendre plus perméable une frontière sociale à laquelle les chercheur·se·s sont confronté·e·s régulièrement, celle entre grand public et scientifiques en SHS.
Sur le modèle de ce que propose la magazine numérique Mondes sociaux, en fonction de l’actualité et des désirs des auteurs, certains articles feront l’objet d’une version « grand public » sur des sites et carnets partenaires ou dans la presse.
En ce qui concerne la communication, Frontière·s se déploiera bien au-delà de son site internet, sur lequel seront disponibles à la fois les appels, les numéros et la présentation de la revue. L’équipe est d’ores et déjà présente sur Facebook et Twitter où elle pourra diffuser ses actualités (appels, numéros, événements…) et échanger avec ses followers. Avec l’accord des invités, nous diffuserons en direct les entretiens sur Facebook Live ou un service équivalent.

L’appel en cours : « Dépasser la frontière »

Ce numéro inaugural propose aux auteur·e·s d’interroger le thème « Dépasser la frontière » (lire l’appel en français ou en anglais sur Calenda). Toutes les acceptions du verbe « dépasser » pourront être abordées, sans restriction sémantique. On pourra l’entendre dans le sens de franchir, surmonter, transgresser, surpasser, etc. Le dépassement de la frontière induit ainsi un large spectre d’acteur·rice·s et de manifestations. Les auteur·e·s aborderont librement la question selon différentes approches :

  • Sémantique et discours
  • Culture matérielle et matérialité
  • Caractère volontaire ou subi du franchissement
  • Transgression de la Loi et des normes
  • Acteurs individuels et mises en réseaux
  • Rythmes, temporalités et dynamiques
  • Intermédiaires et agents

La coordination du numéro est assurée par Vincent Chollier  (HiSoMA) et Gaëlle Perrot (HiSoMA). Les auteurs adresseront leur contribution avant le 10 juin 2019 à frontiere-s@mom.fr, en précisant leur statut et leur organisme de rattachement :

  • 10 juin 2019 : date limite de soumission des articles complets
  • 1er septembre 2019 : retours des évaluations (double aveugle) aux auteurs
  • 1er novembre 2019 : date de retour des versions corrigées
  • décembre 2019 : parution du numéro

Les contributions prendront la forme d’un texte en français comptant jusqu’à 22 000 caractères (espaces non compris), accompagnés de résumés en français et en anglais (entre 800 et 1200 caractères, espaces non compris) et de mots-clés en français et en anglais.

Normes éditoriales (.pdf)
Normes bibliographiques (.pdf)
Comité scientifique – lien site de la MOM

Références bibliographiques

Sahlins P. 1989, Boundaries : The Making of France and Spain in the Pyrenees, Berkeley.
Braudel F. 1949, La Méditerranée et le monde méditerranéen à l’époque de Philippe II, Paris.
Wihtol de Wenden C. 1999, L’immigration en Europe, Nancy.
Venayre S. 2013, Les Origines de la France. Quand les historiens racontaient la nation, Paris.
Foucher M. 2007, L’obsession des frontières, Paris.
Barth F. 1969, Ethnic groups and Boundaries. The social organization of culture difference, Oslo.
Cohen A. P. 1986, Symbolising Boundaries: Identity and Diversity in British Culture, Manchester.
Hurlet F. 2011, « (Re)penser l’Empire romain. Le défide la comparaison historique », Dialogues d’histoire ancienne, La notion d’empire dans les mondes antiques. Bilan historiographique, Supplément n°5, p. 107-140.
Bois J.-P. 2007, « La naissance historique des frontières, de la féodalité aux nationalités », Sécurité européenne. Frontières, glacis et zones d’influence de l’Europe des alliances à l’Europe des blocs (fin xixe siècle-milieu xxe siècle), Revue du CRHIA, Enquêtes et Documents, vol. 34, p. 12.

Comprendre les transformations des villes

Axe stratégique 3 – Le chantier dans la ville et la ville dans le chantier

vendredi 18 janvier 2019
programme de la journée (.pdf)

Sur les neuf communications, deux interventions ont traité des aspects de méthodologie liée aux techniques modernes de prospections appliquées à l’archéologie urbaine.
Les sept autres se sont concentrées sur trois études de cas : l’une sur la ville de Vienne (Isère), la seconde sur la ville de Tyr (actuellement Sour, au Sud-Liban) et la troisième sur la ville de Qinnasrin (Syrie).


Plan topographique de la ville de Vienne, avec restitution des courbes de niveau (Damien Laisney).


Le chantier de fouille dans la ville de Tyr : photo d’archive datée des années soixante.

Les comptes-rendus de ces communications seront prochainement diffusés sur chantiers.hypotheses.org. Ils feront l’objet d’une analyse critique dont la synthèse paraîtra prochainement sur axes-e-mom.

Qu’est-ce qu’une découverte en SHS ?

Axe stratégique 4 – Savoirs en société

mercredi 10 octobre 2018
Un premier débat ouvert au grand public a été organisé dans le Grand Amphithéâtre de Lyon 2 pour la Fête de la science. 
Animé par Mireille Bella-Ambada, docteure en sociologie et anthropologie, secrétaire générale de la MOM, il a rassemblé Pascale Brillet-Dubois, maître de conférences en langue et littératures grecques (HiSoMA), Matthieu Poux, professeur d’archéologie (ArAr), Denis Cerclet, maître de conférences en anthropologie (EVS) et Florian Charvolin, directeur de recherche en sociologie (Centre Max Weber).

En partant du récit d’une expérience personnelle, les chercheurs ont d’abord problématisé la définition d’une découverte. Devant une soixantaine de personnes (étudiants, membres d’autres établissements comme l’INSA, grand public), ils ont discuté des conditions dans lesquelles elle peut survenir, de l’élaboration d’hypothèses et de la remise en cause de modèles qui s’ensuit, des processus de validation auxquels le chercheur se soumet  – validation par les pairs, par l’institution scolaire, par la société –, des conséquences d’une découverte à court et à long terme, mais aussi de l’émotion que suscitent ces instants d’épiphanie. Le dialogue avec l’auditoire a montré tout l’intérêt que celui-ci portait à la fois au débat conceptuel et à la rencontre avec une science vivante, en train de se faire.

Le podcast de l’événement a été mis en ligne sur le site de l’Université Lyon 2  et figure dans les ressources du site Pop’Sciences de l’UDL.