Savoirs en société

Axe stratégique 4

Responsables : Pascale Brillet-Dubois, laboratoire HiSoMA et Claudine Maréchal, service communication et médiation scientifique de la FR MOM

Redéfinir et repenser la place des sciences humaines et des savoirs nés de la recherche dans notre société de l’information sont une nécessité. De la vulgarisation destinée à accroître le niveau de culture générale du grand public pour lui donner les moyens de mettre en perspective les enjeux de notre monde, à l’édition et la diffusion des travaux les plus pointus ayant demandé des années d’élaboration, en passant par la participation des chercheurs aux débats intellectuels et au renouvellement des méthodes, une fédération comme la MOM se doit d’avoir une politique complète et ambitieuse d’intervention dans l’espace public.

Remarquable lieu de fabrication de connaissances sur les sociétés anciennes de la Méditerranée et du Proche-Orient, la MOM peut également faire valoir une longue expérience dans la transmission et la valorisation des savoirs auprès de publics variés. Elle est bien présente aux niveaux local, national et international grâce à ses actions non seulement traditionnelles (cycles de conférences et séminaires, participation à la formation universitaire, expositions, événements scientifiques…), mais aussi exploratoires, au service de la culture numérique (collection Truelles et pixels). C’est cependant son rapport à l’histoire et à des cultures à la fois diverses et liées les unes aux autres qui constitue son atout majeur pour éclairer les idées mêmes de médiation et d’innovation en les replaçant dans un temps long pour en faire l’analyse critique.

Cet axe a pour objectifs non seulement le soutien à des actions de médiation, mais aussi le développement de recherches sur la place et la diffusion des savoirs et des savoir-faire dans les sociétés anciennes, à des fins de comparaison avec la nôtre. Comment, dans quels contextes, grâce à qui, dans quel but, à quel public se transmettaient les connaissances – qu’elles soient techniques ou intellectuelles – au sein des mondes étudiés par les chercheurs de la MOM ? Quels étaient le statut – social, religieux, mythique, etc. – et l’autorité de ceux qui développaient ces savoirs et les diffusaient ? Que pouvons-nous savoir des changements suscités par les (r)évolutions de l’information comme la diffusion de l’écriture ou la diversification des supports ? Pouvons-nous, grâce à ces recherches, mieux appréhender la révolution cognitive qui nous concerne ?

Parmi les thèmes que les responsables ont l’ambition de traiter, le premier est celui de l’innovation, qui prend de nos jours la forme d’une exigence socio-économique générale, également exprimée par les organismes qui financent la recherche. Cette notion peut et doit être mise en perspective en s’interrogeant sur ce que nous considérons rétrospectivement comme des innovations au sein des sociétés anciennes – que ce soit dans les domaines techniques, artistiques ou intellectuels –, sur les contextes qui les ont rendues nécessaires ou leur ont permis de s’imposer, leurs enjeux, les individus ou les communautés qui les ont élaborées, les instances qui les ont favorisées ou empêchées, accélérées ou freinées, les modalités de leur développement – place de la collaboration, aspects économiques, etc.

Le second thème est celui des temporalités parfois contradictoires dans lesquelles se trouvent pris les chercheurs, entre maturation des connaissances et réponse à la demande de production ou d’expertise, entre fouilles programmées et fouilles de sauvetage, entre rédaction d’une monographie synthétique et publication d’articles nombreux, etc. L’étude des contraintes pesant sur les figures de savoir et de leur rapport à la fois au public et au pouvoir dans les sociétés antiques peut éclairer ce débat très actuel.

Il s’agit en somme de proposer aux membres de la MOM, qu’ils soient chercheurs ou personnels dédiés à la diffusion de travaux scientifiques, des espaces pour non seulement mettre en valeur leur action auprès de publics variés, mais aussi mener des débats épistémologiques sur la fabrication et la transmission des savoirs et penser leur propre place au sein de notre société de l’information. Les activités de l’axe doivent consister à articuler recherches sur ces thématiques et pratiques de la médiation. Elles peuvent prendre la forme d’ateliers exploratoires sur les modes de médiation, mais aussi de tables-rondes transversales internes à la Maison et/ou ouvertes au public et à des intervenants extérieurs sur des sujets touchant à la fabrication et la diffusion des savoirs.