Le chantier dans la ville et la ville dans le chantier

Axe stratégique 3

Responsables : Gérard Charpentier, service Techniques archéologiques de la FR MOM et Anne Schmitt, laboratoire ArAr

Ce thème de recherche a débuté depuis septembre 2018, comme l’Axe 3 parmi les cinq axes stratégiques de la MOM. Ce nouvel axe est le prolongement du thème commun initié en 2011 sur « Chantier et matériaux de construction en Orient et en Occident, de l’Antiquité à la Révolution industrielle ». Celui-ci a fait l’objet d’une douzaine de séminaires ouverts aux étudiants de l’université Lyon 2 et une trentaine de billets ont été diffusés sur le blog chantiers.hypotheses.org (blog largement visité depuis 2014, avec 68000 visiteurs). Il s’est achevé par un colloque organisé en septembre 2015, sur le site de Guédelon (89520-Treigny), avec la participation d’archéologues, d’architectes, d’historiens, de géographes et de praticiens. Les interventions ont été filmées et diffusées sur la chaîne Youtube de la MOM en 2016 (voir colloque guédelon) et la publication des actes du colloque devrait bientôt paraître. Depuis, deux autres séminaires se sont déroulés en 2017 en vue de maintenir l’activité du thème sur le chantier: l’un sur la pratique du remploi et la notion de recyclage des matériaux, l’autre sur la fabrication et à la production des mortiers de chaux et du plâtre.

Cet axe s’inscrit donc dans la continuité du thème de la MOM « Chantiers et matériaux de construction » en intégrant également celui sur « le patrimoine et ses aspects identitaires ». Il s’appuie dans un premier temps sur les programmes des missions archéologiques qui se déroulent en milieu urbain, aussi bien en France qu’à l’Étranger, au sein des laboratoires de recherche de la MOM : à Tyr (Liban) et à Kition (Chypre) pour le laboratoire Hisoma ; à Qinnasrin, Alep et à Damas (Syrie) pour le laboratoire Archéorient ; à Vienne (Isère), à Lyon et à Cluny pour le laboratoire ArAr. Il vise dans un second temps à s’ouvrir à d’autres sites pour les périodes antiques, médiévales, modernes (voir contemporaines pour des aspects de méthodologie), en prenant en compte de nouvelles problématiques liées à l’évolution ou à l’abandon des villes, de leurs quartiers ou de leurs monuments.

Les agglomérations urbaines dont l’existence est attestée dès l’Antiquité par Les témoignages écrits et par les traces matérielles n’ont jamais cessé de se transformer, en Orient comme en Occident. Perpétuellement en mouvement, elles ont été confrontées sans cesse aux contraintes de chantier de construction qui se sont succédé de l’Antiquité au Moyen Age jusqu’à l’époque moderne.

D’une manière générale, la réflexion sur l’évolution des villes reste marquée par le schéma traditionnel de la décadence urbaine à la fin de l’empire romain jusqu’à l’effacement de la ville antique qui précède le renouveau urbain autour du Xe siècle. En réalité, les grandes agglomérations urbaines ont sans cesse été confrontées, toutes époques confondue, à ses ruines. Celles-ci ont parfois fait l’objet de démolitions systématiques et planifiées dans le cadre d’un projet de restructuration de la ville, véritable révolution urbaine dont témoignent les vestiges découverts lors des chantiers de fouilles archéologiques. Elles ont aussi fait l’objet de restaurations ponctuelles au sein d’un programme de rénovation d’un quartier ou d’un projet de réhabilitation d’un édifice emblématique, privilégiant ainsi la mutation d’un lieu, tout en sauvegardant les structures anciennes

Si la désaffectation des monuments antique et le remploi des matériaux semblent caractériser la vie urbaine au Moyen Âge, on pense davantage à des opérations de restauration pour ce qui concerne la ville de la Renaissance. Pourtant, réhabilitation, reconversion et recyclage d’éléments d’architecture ou d’ensembles architecturaux sont largement pratiqués dès l’Antiquité, sans se soucier de ce qu’il faut préserver ou détruire, comme la conséquence d’une situation de fait plutôt que le résultat d’un choix planifié. Cependant, la conscience d’une stratification historique de la ville peut s’opérer par les remplois des matériaux observés sur les bâtiments et par les traces de reprises de maçonneries qui peuvent marquer profondément les espaces privés ou publics d’une ville.

Ces villes stratifiées se développent, par phases d’occupation, sur le site même de leur fondation ou à proximité immédiate. Elles sont le fruit soit d’une politique urbaine programmée à la suite de bouleversements accidentels ou évènementiels, soit de compromis successifs qui prennent en compte, de manière pragmatique, le relief topographique, la conservation des vestiges et la création de nouvelles constructions. Dans les deux cas, l’évolution urbaine implique des contraintes de chantier dont l’une des plus importantes s’attache aux modes et aux sources d’approvisionnement en matériaux qu’il convient d’analyser en fonction des ressources naturelles et de leur potentiel d’exploitation. Se pose alors la question de l’exploitation des ruines et du commerce des remplois, de l’utilisation des remblais et de la gestion du transport des matériaux par un réseau viaire adapté aux contraintes topographiques des sites.

L’axe de recherche est donc largement ouvert sur diverses problématiques dont nous débattrons dans le cadre de rencontres organisées sur une durée de trois ans, à raison de deux séminaires programmés chaque année. Les comptes rendus continueront d’être diffusés sur le blog chantiers.hypotheses, mais ils feront l’objet de synthèses critiques régulières qui paraîtront sur le blog commun aux cinq axes stratégiques.